Archive for Non classé

Bienvenue au Refuge des Garrigues

Livre d'or juillet 2015

 

Livre d'or avril 2015

 


Livre d'or Juin 2015

 

 

Le Refuge des Garrigues

 

Cette année encore, vos messages laissés dans le livre d’or (dont voici quelques extraits) nous ont fait particulièrement plaisir !

Plus de la moitié des réservations du gite sont faites par des habitués qui reviennent chaque année ou tous les 2-3 ans au Refuge des Garrigues. C’est bien là notre plus grande satisfaction : partager avec vous, aussi souvent que possible, ce havre de paix au parfum de garrigue…

Excellente année 2016 !

et à très bientôt !

Christine et Gaël

 

Septembre et Octobre : sans doute les deux plus beaux mois de l’année pour venir s’installer au Refuge des Garrigues dans les Corbières !

Tout ceux qui ont la chance de profiter de l’été indien des Corbières décrivent une grande douceur de vivre et des couleurs inoubliables…

 

Le Refuge des garrigues au soleil couchant

Le Refuge des garrigues au soleil couchant

Le spectacle est assuré par les vignes tout autour du gite et du village de Fraïssé des Corbières.

Courant septembre, le vert est encore bien persistant…

Vue du village sous les vignes

Vue du village sous les vignes

Vigne et raisins

Mais dès le mois d’octobre, les paysages changent radicalement pour se faire envahir de jaune orangé.

100_2131

puis au fil des jours, le rouge prend sa place….
100_2136

100_2127

100_2125 100_2119

Ce n’est qu’à l’approche du mois de novembre que les couleurs se font moins chaudes

100_2115

100_2082

Fraïsse en Novembre

 

Nous sommes aujourd’hui encore en plein été et dans les Corbières, vous aurez l’occasion de le prolonger…

le gite Le Refuge des Garrigue est occupé jusqu’au 21 septembre prochain mais j’espère que ces quelques photos d’automne vous donneront envie d’y séjourner à la saison des couleurs !

 

 

 

Comment passer 8 jours sans consulter ses mails ? Sans se connecter une seule fois sur Internet ? Il y a encore 3 ou 4 ans, c’était un « luxe » accessible en passant ses vacances par exemple dans les Corbières, au Refuge des Garrigues ! Aujourd’hui, l’attraction de la toile et surtout de la « boite mail » est trop forte ! Ce luxe qui vous était offert s’est transformé en handicap…

Depuis cet été, LA SOLUTION nous est proposée par la commune voisine de Saint-Jean de Barrou : A 1 500 m du gite du Refuge des Garrigues, nous avons donc à disposition le second  Hotspot du département de l’Aude (l’autre se trouve au nord de Carcassonne).

 

Hotspot GRATUIT Ici WIFIHotspot GRATUIT Ici WIFI

Il vous suffit ainsi de vous installer tranquillement sur le banc devant la mairie, d’allumer votre ordinateur ou votre tablette et de suivre les instructions de connexion : en quelques secondes vous êtes connectés en WIFI haut débit ! Drôle de sensation que ce retour dans le monde, assis là à côté d’autres voyageurs, et non loin du banc des « anciens » du village.

Mairie de Saint-Jean de Barrou

Mairie de Saint-Jean de Barrou

 

IMG_1289

Par ailleurs, chaque année, les smartphones sont de mieux en mieux connectés depuis le gite. Ainsi, si vous êtes Orange, vous trouverez une connexion EDGE qui permet aisément de consulter et d’envoyer des mails (sans pièces jointes volumineuses). Cette connexion permet aussi de surfer (doucement) sur des sites qui ne sont pas trop lourds. Si vous êtes SFR, c’est du G (soit un tout petit peu mieux). Si vous êtes chez Bouygues, il faudra encore attendre peut-être l’année prochaine.

Vous pouvez donc venir passer un séjour paisible dans ce gite des Corbières sans vous faire harceler par internet mais en toute sérénité pour rester branché….

Passer des vacances fin avril début mai dans les Corbières, c’est profiter pleinement du printemps !

Offre spéciale pour une réservation de dernière minute :

Gite Corbières Offre de printemps

P1040574

 

P1040052

p1040050

 

petit jardin au printemps

 

Vous allez faire des ballades exceptionnelles dans une garrigue toute parfumée  !

 

p1000309

 

C’est aussi, pour les amateurs comme pour les passionnés,  la pleine saison des orchidées !

ophrys-scolopax

Sans oublier le Mondial du Vent 2014 : c’est du 26 Avril au 4 Mai !

 Cette année encore, Leucate La Franqui accueille, pendant les vacances de Pâques, la crème des riders en kitesurf et windsurf !

 Compétitions de windsurf, kitesurf ou encore stand up paddle, sans oublier toutes les animations et activités spectaculaires du Village de la Glisse à la Franqui !

 

mondial du vent leucate 2014A bientôt !

 

 

Quand vous apercevrez, sur la route qui vous mène jusqu’au gite du Refuge des Garrigues, ces grands panneaux jaunes : c’est que vous y êtes presque !

 

Vous n’êtes pas sur la départementale 20… ce n’est pas limité à 20 km/h….

En vous rapprochant, vous comprenez enfin !

Jaune sur fond vert avec un ciel bleu ! Ce n’est pas très suggestif mais c’est bougrement efficace : on ne peut pas les rater…

 

La route des vins des Corbieres

 

Il s’agit donc depuis un an, d’une très grande opération de communication sur les vins des Corbières, et pas seulement sur le bord des routes de la région mais également sur le web avec le site 20decorbieres.com , à travers l’organisation d’évènements un peu partout en France.

20 bonnes raisons font aimer  le vin des Corbières comme : « une terre de caractère et de retenue, faite de pierres rocailleuses et de petites vallées »,  »Des vins à forte personnalité, intenses, amples et ronds avec des notes épicées et poivrées »,  »un classement en AOC depuis 1985″,  »Le Carignan, un cépage unique, robuste et puissant »

Si le vin des Corbières bénéficie aujourd’hui d’une bonne image, c’est d’abord grâce aux efforts des viticulteurs depuis de nombreuses années !

Le succès d’une communication est bien plus éphémère et c’est sans nostalgie que l’on regarde ces affiches d’un autre temps…

Affiche Les terroirs couleur nature

 

 

Corbières derrière un romarin

Affiche 1950

1950

 

Bonnes vacances dans les Corbières et bonnes dégustations !

L’été ils sont secs et paraissent presque morts…

Mais il faut venir dans les Corbières en février et mars pour assister au spectacle des amandiers !

Partout dans la garrigue, le long des vignes, sur les collines…. des bouquets de fleurs blanches et roses qui explosent comme des feux d’artifices !

Les amandiers du Refuge des Garrigues

Les amandiers du Refuge des Garrigues

 

P1050757

 

P1050755

P1050752

P1050760

Vue depuis le Refuge des Garrigues

Avec une lumière extraordinaire et un ciel bleu la plupart du temps…. Les Corbières sont décidément également une destination d’hiver !

 

En triant les photos de l’été dernier, je me suis souvenu combien les cigales étaient particulièrement nombreuses cette année au Refuges des garrigues…

Cigale du Refuge des Garrigues

Ecouter le chant des cigales en plein mois de décembre, c’est comme faire une cure de luminothérapie !

Alors sans plus tarder, je vous propose de cliquer sur ce lien et de vous transporter quelques secondes, au coeur de la garrigues, à Fraïsse des Corbières, en plein été, sur la terrasse du gite :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 Ce chant n’est pas celui de la cigale qui est en photo . J’ai en effet appris (depuis quelques minutes) qu’il existe environ  une 15aine d’espèces de cigales. Dans les Corbières, on peut au moins en retrouver trois :

- la cigale grise (Cicada Orni) (celle de l’enregistrement et je suis certain de l’avoir entendue cet été), elle aime la pinède juste en-dessous de la maison,

- la Cigale des Garrigues (très joli nom appelée également : Tibicina Garricola) : elle aime chanter posée sur les chênes Kermes.

- la Cigale Plébéienne (celle que nous avons pu photographier) . C’est la plus grosse des cigales (son corps fait près de 3.5 cm) avec une large tête.

A la fin du mois d’Août, elles étaient un peu fatiguées et faciles à capturer;

Chasseur de Cigale

P1040485

Les cigales vivent environ 5 ans sous la terre et seulement quelques 3 à 4 semaines à l’air libre en été. Seuls les mâles chantent avec pour but d’attirer les femelles. J’ai également lu que les cigales étaient complètement sourdes : pas étonnant donc qu’ils  se donnent tant de mal !

Les vibrations sont émises depuis une mebrane et une caisse de résonnance sur l’abdomen appelées des « cymbales ».

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Les cymbales de la cigale

Pour reprendre le cycle des cigales : après avoir vécu plusieurs années sous la terre, la cigale se décide de se rapprocher de la surface et à partir de fin juin, de goûter à l’air pur !  La cigale grimpe sur une tige, un tronc… et s’accroche solidement de ses 6 pattes pour s’extirper par le dos de sa mue (son exuvie) et changer de corps !

l'exuvie de la cigale

Après avoir vécu l’été au soleil, connu les sensations du vol aérien, et consacré tout son temps à chanter, faire l’amour et à se reproduire, la cigale va mourir…

Mais avant de mourrir, chaque femelle va pondre 400 à 500 oeufs, placés dans des petites trous faits dans les branches. A l’automne, des larves sortent de ces trous pour rejoindre le sol et s’enterrer à leur tour, plusieurs années.

 

Une dernière fois, pour la cure :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 

Retrouvez d’autres enregistrements sur le site : http://www.onem-france.org/cigales/wakka.php?wiki=EnregistrementCigales

 

Le spectacle a lieu tous les soirs et on ne s’en lasse pas !

C’est même désormais un jeu pour petits et grands de compter à rebours jusqu’à la seconde où il disparait…

Avec les nuages, c’est varié, contrarié, parfois intrigant ; ciel dégagé, les orangés sont nuancées et l’horizon contrasté…

Perché sur la colline de Fraïsse, profitez depuis le gite du Refuge des garrigues des couchers de soleil sur les crêtes d’embres à Durban.

Un moment magique et éphémère qui appelle celui de l’apéro…

P1040932

Quelques secondes avant qu’il ne disparaisse…

 

P1040741

 

Toujours plein ouest

Toujours plein ouest

 Coucher de soleil Fraïsse

 Cette ligne accidentée qui dessine l’horizon n’est autre que le sentier cathare qui passe par la tour Notre Dame de la Récaoufa (visible sur la photo)

Coucher de soleil Récaoufa 2

 

Coucher de soleil Fraïsse Récaoufa

Coucher de soleil Fraisse 3

Rosé sous couché de soleil

À bien y réfléchir, il ne lui manque qu’un tout petit quelque chose, à la touriste citadine bibliophile. Oh, trois fois rien, hein. De quoi assouvir son appétit quotidien de papelard imprimé, de couvertures toilées et de reliures à dos carré collé. DES LIVRES, DONNEZ-LUI DES LIVRES (elle n’en a emporté que cinq ou six, vous comprenez, ce n’est vraiment, vraiment pas facile tous les jours, les vacances). Elle se contenterait – pas gourmande – d’une petite librairie associative ou d’un étal de bouquiniste ambulant qui traverserait le village de temps en temps, juste pour le plaisir de palper du bouquin et de voir circuler ces petits parallélépipèdes.

Et c’est là que le miracle se produit. Car au détour d’une ruelle,  l’improbable est au rendez-vous… (extrait des Piles intermédiaires)


Elle était venue pour la réunion de famille, mais ignorait la surprise qui l’attendait chez le plus proche voisin du Refuge des Garrigues… la cousine citadine bibliophile nous livre ses impressions d’experte …

 

Le salon du livre, ce n’est pas ce que vous croyez !

Qui l’eût cru ? Fraïssé a aussi son salon du livre et le grand barnum annuel de la Porte de Versailles n’a qu’à bien se tenir. On tombe dessus un peu par hasard au détour d’une ruelle…

 

 

… et on se dit que l’improbable est toujours au rendez-vous, dans les Corbières. Bibliophiles de passage dans la région ou languedociens à l’année, foncez à « L’atelier rue du soleil« , littéralement à deux pas du Refuge des Garrigues. Dans ce bel espace clair et frais qui donne envie de s’attarder, étaient réunis cette année treize éditeurs : POL, Le Castor Astral, Nous, Plein Chant, Editions de l’Attente, La Bibliothèque Oulipienne, L’Association, Le crayon qui tue, Iconomoteur, Éditions les petits livres-Fabienne Yvert, Atelier rue du soleil, Atelier la Feugraie, Plurielles. Nous sommes en terres oulipiennes et la présentation de ce salon du livre décidément très original plante le décor :

L’oulipien, pour écrire certaines de ses œuvres, s’impose des « contraintes ». Contraintes de forme, de sens, de langue, etc. Il n’est certes pas le premier à les pratiquer avec jubilation – la littérature fourmille de formes et de règles, parfois oubliées. Mais lui s’attache à les recenser, à les ressusciter, à en créer de nouvelles. La démarche oulipienne joue avec la langue, avec la littérature. Elle enthousiasme certains lecteurs, en laisse d’autres perplexes (ce sont parfois les mêmes).

 

 

Voilà donc une superbe concentration de petits éditeurs (« petits » n’ayant évidemment rien de péjoratif ici) tous plus sympathiques les uns que les autres. De belles éditions, des ouvrages au contenu intéressant et original composés avec l’amour du travail bien fait, un soin tout particulier apporté à la typographie et aux choix des papiers, bref, de quoi réjouir les amateurs de bouquins de tout poil. Quelques exemples ? Rééditions de la Bibliothèque oulipienne (voir les Ulcérations de Perec par ici) ; sérigraphies étranges et recherches sur les anagrammes chez Iconomoteur (qui émaille d’ailleurs son propre site d’anagrammes animées ) ; éditions fort jolies de Pasolini et de Walter Benjamin chez Nous et très intrigant beau livre de photos intitulé 6 mètres avant Paris (pour parisiens sujets au vague à l’âme) ; charmants petits ouvrages de Fabienne Yvert ; poésie chez L’Atelier la Feugraie ; sans compter quelques sympathiques édités à compte d’auteur…

Le tout se déroule dans une ambiance short, lunettes de soleil et papotage à bâtons rompus et, cerise sur le gâteau, des lectures sont organisées en soirée. En un mot comme en cent, le salon du livre à Fraïssé-des-Corbières, c’est inattendu, bienvenu et ça mérite d’être connu. Puisqu’il a lieu à des dates variables (septembre en 2011, août en cet été 2013), autant guetter la chose sur le site de L’atelier du soleil, qui organise par ailleurs d’autres manifestations (artistiques, poétiques) dans l’année.

 

 

(Ce billet est une variante d’un article paru chez Les piles intermédiaires.)

D’avril à juin, les Corbières connaissent un attrait tout particulier pour de drôles de passionnés un peu allumés : les orchidophiles !

2 champions de la discipline, Nicolas et Laurent (et leurs familles) sont venues nous initier à ces fleurs aux formes surprenantes et aux couleurs variées que nous devions jusqu’alors, écraser sous nos gros souliers sans nous soucier !

C’était sans savoir que la région est particulièrement riche en Orchidées plus ou moins rares… (plus de 75 espèces identifiées dans l’Aude sur une centaine en France).

C’était sans savoir que le sol du jardin du Refuge des Garrigues en était tapissé !

Ce qui est impressionnant et un peu bluffant avec les orchydophiles, c’est de les entendre donner le nom exacte de leurs découvertes, parfois après quelques minutes de débat sur l’architecture à la fois symétrique et alambiquée des 3 sépales et des 3 pétales…

Le jeu qui suit est un quizz photos (toutes prises autour de Fraïsse en avril dernier) qui s’adresse aux néophytes comme aux connaisseurs. A vous de jouer et de reconnaître l’Ophrys Sulcata, l’Ophrys Occidentalis, l’Ophrys Aranéola, l’Ophrys Scolopax, l’Ophrys Virescens, l’Ophrys Bombyliflora et l’Ophrys Lupercalis.


REPONSES :

PHOTO 1 : Ophrys ARANEOLA

PHOTO 2 : Ophrys BOMBYLIFLORA

PHOTO 3 : Ophrys LUPERCALIS

PHOTO 4 : Ophrys SULCATA

PHOTO 5 : Ophrys SCOLOPAX Bécasse

PHOTO 6 : Ophrys VIRESCENS

PHOTO 7 : Ophrys OCCIDENTALIS

PHOTO 8 : Ophrys SCOLOPAX

PHOTO 9 : Ophrys VIRESCENS

N’hésitez pas à contester certaines réponses : il se peut qu’il se glisse une petite erreur ou une désignation discutable…

j’espère que l’envie de connaitre cette période de floraison des Ophrys sauvages vous donnera une occasion supplémentaire  de venir dans les Corbieres et à FraÏsse très prochainement !